Prêt-à-porter, P-E 13

Voir le slideshow

Par Louis Bompard     On était pourtant prévenus… Lorsque l’on vient voir un défilé de la Maison Martin Margiela, on sait très bien qu’ici, rien n’est vraiment comme ailleurs. Autrefois, par exemple, il n’y avait que chez le créateur belge que les rédactrices beauté de pouvaient rien se mettre sous la dent, les mannequins avançant voilées sur le podium.   Première surprise cette saison, l’invitation, sur laquelle il fallait frotter pendant 20 secondes une bande thermotactile pour faire apparaître, pour un court instant, l’adresse du show. Autrement dit, bien soit donné à ceux qui ont pensé à la recopier dès la première fois !   C’est donc l’hôtel Salomon Rotschild qui a été choisi pour accueillir le show. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la Maison…

Par Louis Bompard

 

 

On était pourtant prévenus… Lorsque l’on vient voir un défilé de la Maison Martin Margiela, on sait très bien qu’ici, rien n’est vraiment comme ailleurs. Autrefois, par exemple, il n’y avait que chez le créateur belge que les rédactrices beauté de pouvaient rien se mettre sous la dent, les mannequins avançant voilées sur le podium.

 

Première surprise cette saison, l’invitation, sur laquelle il fallait frotter pendant 20 secondes une bande thermotactile pour faire apparaître, pour un court instant, l’adresse du show. Autrement dit, bien soit donné à ceux qui ont pensé à la recopier dès la première fois !

 

C’est donc l’hôtel Salomon Rotschild qui a été choisi pour accueillir le show. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la Maison s’est bien appropriée les lieux. En effet, toutes les salles étaient recouvertes, du sol au plafond, de bâches en plastique blanche, donnant l’impression d’une scène de crime. Quelques rédactrices qu’on ne citera pas (A.E, L.B, E.E, N.B…) ont alors avoué ressentir quelques montées de claustrophobie. Et ce n’était rien comparé au moment où la musique commença à retentir. Un son strident, cadencé et répétitif qui faisait monter l’impression anxiogène. Si elles tremblèrent alors, menaçant de quitter la salle, les autres invités s’amusaient eux de cette faiblesse avouée.

 

Le show, lui, donna l’explication de cette volonté oppressante. En effet, dans une gamme sobre de blanc, noir, nude et gris perle, les modèles semblent enfermées dans des vêtements à la base géométrique basique. Une robe panneau rectangulaire par-ci, un top en cuir carré par-là, puis, au final, de sublimes robes minimalistes coniques, travaillées en jersey ou en organza.

 

Malgré cette allure rigide, tout le talent de la Maison résulte dans l’étonnante légèreté des vêtements.

 

Allez, c’est bon, le défilé est fini, vous avez le droit de sortir les filles…

 

 

[nggallery id=203 template=defile]