Prêt-à-porter, P-E 13

Voir le slideshow

Par Karen Rouach     Gareth Pugh s’est toujours moqué de la tendance et du wearable. Pas franchement intéressé par alimenter les séries modes des magazines, il livre chaque saison une collection toujours plus dark, à la frontière du dramatique. Cette fois-ci encore, il n’a pas dérogé à la règle, la pluie battante au dehors en ajoutant une couche.   L’ouverture du show se fait sur une silhouette monacale, avec robe et voile noirs. Puis des capes, kimonos, et vestes en cuir ceinturées suivent, portés sur des pantalons de cuir, les pics dans les cheveux et le rouge aux yeux accentuant l’air endeuillé des mannequins. Mais il en faudra plus que ces chaussures de gothiques accompagnant les looks pour surprendre Rick Owens, venu admirer son poulain depuis le premier rang…

Par Karen Rouach

 

 

Gareth Pugh s’est toujours moqué de la tendance et du wearable. Pas franchement intéressé par alimenter les séries modes des magazines, il livre chaque saison une collection toujours plus dark, à la frontière du dramatique. Cette fois-ci encore, il n’a pas dérogé à la règle, la pluie battante au dehors en ajoutant une couche.

 

L’ouverture du show se fait sur une silhouette monacale, avec robe et voile noirs. Puis des capes, kimonos, et vestes en cuir ceinturées suivent, portés sur des pantalons de cuir, les pics dans les cheveux et le rouge aux yeux accentuant l’air endeuillé des mannequins. Mais il en faudra plus que ces chaussures de gothiques accompagnant les looks pour surprendre Rick Owens, venu admirer son poulain depuis le premier rang à moins de 24 heures de son propre défilé. Voilà pour la première minute Gareth Pugh, un concentré de ce qu’il est.

 

Mais les robes à franges, combinaisons crème et tailleurs gris perle qui s’enchaînent ensuite pourraient presque nous faire ravaler notre introduction. Les pantalons sont exagérément évasés, les épaules bien marquées, les manches cloches bien évidentes. Des capes à volants font croire à un pantalon-jupon par effet d’optique : ingénieux, et on se surprend même à s’imaginer dedans. La palette semble alors vouloir s’élargir. Pris en flagrant délit, le créateur anglais s’autorise finalement une couleur… ce sera le rouge sang. Plus abordable un jour… mais dark toujours.

 

 

[nggallery id=172 template=defile]