Céline, P-E 13

Par Louis Bompard     Phoebe Philo et Céline revenaient enfin sur les podiums après une saison d'absence. Ce gap intervenait alors que la silhouette minimaliste et épurée qu'a inventé la styliste anglaise pour la maison, était devenue la plus enviée, singée et influente du paysage de mode actuel. En effet, bien qu'elle puisse avoir été effrayante au premier abord par son apparente rigidité, cette allure a rapidement fait des émules (devenues accro) chez des femmes peut-être

lire le compte-rendu

Par Louis Bompard

 

 

Phoebe Philo et Céline revenaient enfin sur les podiums après une saison d’absence. Ce gap intervenait alors que la silhouette minimaliste et épurée qu’a inventé la styliste anglaise pour la maison, était devenue la plus enviée, singée et influente du paysage de mode actuel. En effet, bien qu’elle puisse avoir été effrayante au premier abord par son apparente rigidité, cette allure a rapidement fait des émules (devenues accro) chez des femmes peut-être lassées du « tout ce qui brille » des déchus John Galliano et Christophe Decarnin chez Balmain. Mais dans la mode plus qu’ailleurs, les plus belles des liaisons se fanent vite. Alors après une saison sans défiler, il fallait hier, pour Phoebe Philo, séduire à nouveau celles dont elle était devenue la gourou. Mais pour cela, bien entendu, pas questions de proposer la même silhouette que celle avec laquelle elles s’étaient quittées ! Et ça, la directrice artistique Céline l’a bien compris…

 

En effet, la créatrice britannique semble avoir mis de l’eau dans son vin cette saison, en proposant des allures beaucoup plus loose que les années précédentes. On pourrait même oser prononcer le terme « fluide » (une hérésie pour la maison il y a peu !). Les pantalons, larges et à la dégaine sportive, viennent se casser joliment sur les pieds, des nuisettes se font une place dans le daywear et les trenchs volent avec une légèreté de satin.

 

Avec une si belle déclaration, on se demande bien comment la flamme entre Céline et ses addicts ne peut ne pas repartir de plus belle.

 

 

Réduire le compte-rendu

les collections précédentes