Le bilan du jour 8:
Chanel, Hermès, Valentino…

 

HER_4022.450x675Hermès, un ADN de rêve

 

Le défilé Hermès avait des allures de dîner mondain hier soir, dans la splendide bibliothèque du lycée Henri IV. Pas de blogueuses en sneakers mais de la cliente endimanchée, venue repérer ses futures acquisitions, tout en sirotant des cocktails.

 

Encore sous le charme de la présentation de sa ligne éponyme présentée la semaine dernière, nous avons donc retrouvé chez Hermès un Christophe Lemaire au meilleur de sa forme, lui qui n’avait jusqu’alors pas encore provoqué d’étincelles depuis son arrivée. Six saisons plus tard, cette livraison semble être la bonne, celle de la confirmation.

 

Manteau posé sur les épaules, c’est avec une élégance déconcertante que les femmes Hermès se sont affichées, l’air grave telles des héroïnes de film noir, la plupart du temps dans des jupes en cuir mi-longues portées taille haute. Un simple ensemble veste/pantalon nous coupe le souffle, bien qu’on en ait vu des centaines pendant la semaine. Comble du luxe, on surprend Arizona Muse portant un cardigan à même la peau, et le carré de soie de la maison (et il s’agira ici de la seule et très subtile référence) se porte comme un top flou. Le styliste ne s’autorisera enfin qu’un seul imprimé, des motifs minéraux encore bruts sur une élégante combi-pantalon.

 

Notre cinquantenaire voisine japonaise semble ravie, sa fille en total look Miu Miu aussi, et là où Christophe Lemaire prouve qu’il a vu juste, c’est que cette dernière poussera certainement les portes de sa boutique Hermès pour autre chose qu’un Birkin. K.R

 

hermes-

 

Retrouvez le défilé Hermès en intégralité

 

Page : 1 2 3 4
format 300/*

sur le même thème

découvrez