Fashion Découverte : ï.de.m

Au milieu des imposants plastrons et bracelets fluos de l’espace bijoux du Who’s Next, Maïna se démarque avec des pièces en plein dans la mouvance « recycling ». Pour sa marque ï.de.m, elle travaille d’anciens couverts d’argenterie pour leur donner une seconde vie : celle d’une bague ou encore d’un bracelet. Conversation avec la créatrice…

 

Par

 

 

Que faisiez-vous avant de lancer votre ligne de bijoux ?

Après avoir été diplômée de l’école de bijouterie/joaillerie de Paris en 2007, j’ai dessiné des bijoux fantaisie pour de nombreuses marques françaises. Mais au bout de deux ans, le maniement de mes outils commençait sérieusement à me manquer…

 

C’est là que vous avez décidé de vous lancer ?

Oui, j’ai surtout créé ï.de.m pour lier ma créativité à mon sens de l’éthique. Pour m’épanouir dans ma profession, il fallait que ma démarche créative aille de paire avec ce dont j’aspire. Et puis je voulais faire du BEAU !

 

Et en quoi vos bijoux sont-ils éthiques ?

Il s’agit d’anciens couverts d’argenterie chinés au fil de mes pérégrinations, que je détourne en bijoux résolument modernes et uniques. Je leur donne ainsi une nouvelle vie qui n’était pas destinée à être la leur. Manche, dents, cuillerons… tout est prétexte à être transformé et recyclé. J’ai été sensibilisée très jeune à toutes ces questions de développement durable, de respect de la nature, de l’Homme…

 

Pourquoi utiliser des couverts ?

Ils représentent une véritable manne d’ornementations d’époques de styles et d’histoires différents… dont je peux tirer partie pour créer mes bijoux.  Ce n’est pas seulement pour moi une façon de récupérer le métal pour le recycler. Et puis chaque pièce est unique. Après, il y a quelques moins bonnes surprises, car comme le métal est relativement ancien, il ne réagit pas forcément comme on voudrait lorsqu’il passe dans les bain d’or…

 

 

www.i-de-m.fr

format 300/*
Tags :

sur le même thème

découvrez