Déesse : dans l’ombre de Zahia

Evénement TV de ce mois « Zahia, de Z à A » réchauffe l’ambiance télévisuelle de quelques degrés. Un documentaire indispensable autour de cette Vénus mystérieuse…

 

 Bienvenu dans le monde de Zahia…

 

Ce qu’on voit d’abord ce sont ses cheveux. Zahia en a beaucoup. Trop peut-être. Elle les aime tellement, elle les touche tout le temps. Et puis sa démarche : à petits pas comptés, entravée par des jupes trop étroites. Impossible de gravir la moindre marche sans trébucher. La façon dont elle s’assoit dans la berline avec chauffeur qui l’emporte est une vraie chorégraphie : cul tendu vers la banquette, jambes serrées, elle se pose et elle tourne. Cette geisha d’aujourd’hui est un personnage… Pas étonnant que Pierre et Gilles, Ellen von Unwerth, Karl Lagerfeld, Christian Louboutin, le galeriste Pierre Passebon et tant d’autres stylistes et photographes ce soient entichés de cette créature warohlienne étrange, à la silhouette callipyge impressionnante. Le documentaire télé, réalisé par Hugo Lopez tente de répondre à quelques questions : « Qui est Zahia ? Comment vit-elle ? Comment a-t-elle traversé le scandale qui l’a révélée ? A quoi rêve-t-elle ?… ». Tout en admettant n’avoir pas pu y répondre vraiment.

 

Zahia Dehar au final de son précédent défilé.

 

Née au public d’un fameux scandale (des footballeurs célèbres payant ses charmes alors qu’elle n’était que mineure) la call girl en herbe tente de couvrir ‘pudiquement’ cette fureur médiatique d’une collection de lingerie couture. Son second show aura d’ailleurs lieu le 23 janvier durant les collections parisiennes de Haute Couture. Alors qu’elle n’affiche toujours aucun point de vente. De sa petite voix d’enfant au curieux accent, elle dit qu’elle rêvait de cette évolution de carrière avant le scandale et on a presqu’envie de la croire. Durant un mois avec Zahia, l’équipe du journaliste est passée de Madrid à Paris, de son appartement parisien à la découverte des bureaux boudoirs de « sa » société de lingerie rose. On partage même ici les affres de la préparation de son premier défilé assorti, où elle apparaissait au final, en robe de mariée plutôt dénudée. Une ombre de robe, pour un personnage pétri d’ombres moins révélatrices. Si elle avoue ses 20 ans, Zahia semble vivre dans un rêve de Barbie digne d’une petite fille d’à peine 8 ans. Un rêve ponctué des chansons des comédies musicales égyptiennes des années 40 et 50 qui ont bercées son enfance algérienne.

 

Hugo Lopez et Patricia Torchard lors de la présentation de leur documentaire programmé sur Paris Première.

 

A la fin de ce documentaire humaniste, loin du bruit et de la fureur du scandale, mieux : loin de tout cynisme, Hugo Lopez conclu : « C’est l’itinéraire hors du commun d’une jeune femme de 20 ans qui vit à travers le prisme de son imagination. Pourtant, souvent elle m’a semblée rattrapée par des enjeux trop lourds à porter pour une personne de son âge. Elle continue à garder pour elle une grande part de son mystère… ». Qu’elle déesse n’en a pas ?

« Zahia, de Z à A » : Mardi 22 Janvier. A 23h10 sur Paris Première.

 

Enfin, ça n’a rien à voir mais certaines images s’imposent parfois d’elles-même…Edith Massey au sommet de sa carrière au service du réalisateur John Waters dans ‘Female Trouble’.

format 300/*

sur le même thème

découvrez