Faut-il céder à l’appel du velours ?

Davantage habituées à le voir apposer aux rideaux des maisons de campagne, nous avons vu le velours faire, cette saison, une percée remarquée sur les défilés. Dernière lubie de créateurs ou réel atout pour nos silhouettes ? On fait le point, exemples à l’appui.

 

Par

 

 

Matière hivernale par excellence, le velours séduit par son confort et sa douceur. Néanmoins, il reste affublé d’un esprit légèrement « old school », car souvent accompagné, dans le sectaire imaginaire modeux, de l’image d’une veste côtelée moutarde que pouvait posséder un vielle oncle ! Mais, un peu à la manière du tweed qui s’imagine en robe chez Stella McCartney, le velours voit sa côte de popularité remonter en endossant le rôle de l’atout glamour cet hiver !

Version robe croisée-decolletée chez Gucci, bi-matière et transparence chez Pucci, ou encore fendue chez Jean-Paul Gaultier, on est bien loin de l’aura vieux jeu d’autrefois ! Même Balmain, d’ordinaire connu pour son esprit « show-off », s’adonne au velours imprimé sur une jupe ou un top.

Quand certains l’osent sporty, à la manière d’un Christopher Kane, d’autres tentent l’interprétation revue et corrigée, et arrive même à insuffler désirabilité à un all-over velours kaki. Merci Maison Martin Margiela !

 

Balmain

 

 

Page : 1 2 3
format 300/*

sur le même thème

découvrez