Bain de poissons

Des mois que je voulais tester la Fish Pedicure sans trouver le temps… Et c’est au final la Fish Bodycure, nouveau concept de gommage naturel pour le corps effectué par des de petits poissons, que j’ai essayée et totalement approuvée ! Auparavant, je me suis renseignée : le concept vient de Turquie, où l’on trouve les Garra Rufa, ces poissons-docteurs connus pour aider la peau à lutter contre le psoriasis et l’eczéma entre autres. L’aspect esthétique, lui, s’est ensuite développé en Asie avec la pédicure, manucure, etc, tout ça dans le but d’exfolier les peaux mortes.

Direction l’avenue de New York, près du Trocadéro, où Rufafish, les spécialistes, ont ouvert leur second centre — après celui du 5ème arrondissement en 2009 (il y en a aussi un à Marrakech). A l’entrée, des fauteuils individuels et confortables ainsi que de nombreux bacs à poissons pour les Fish Pedicures et un bar à ongles…

 

Au sous-sol, dans une ambiance tamisée, les baignoires pour la Fish Bodycure et c’est dans l’une d’elles que je vais m’immerger…

 

L’hôtesse du lieu, Pauline, me donne un maillot 2 pièces de compétition, enfin pas très avantageux et qui serre mais couvre bien le corps au cas où l’un des poissons se glisserait… enfin… hiiii… je ne veux rien imaginer de ça ! Elle me dit aussi que les plus gros Rufa peuvent atteindre 8 à 10 centimètres ! Elle me demande de prendre une douche avec des produits désinfectants comme à l’hôpital avant une opération, puis j’ai droit à une inspection rigoureuse : derrière mes genoux, ma nuque, sous mes pieds, sous mes bras, mes mains… Il ne doit y avoir aucune coupure sur le corps de peur de contaminer les poissons. Elle me couvre les cheveux et — note pour la prochaine fois — m’indique que c’est possible d’avoir la baignoire pour deux et aussi de mettre un bonnet de bain, d’avoir un masque et de mettre la tête sous l’eau… « Piranhas » meets  »Open Water » ?

Au début, je regarde les poissons Rufa comme un bac de piranhas. J’ai les quatre volets du film d’horreur du même nom dans la tête ! Je tends d’abord une main vers l’eau, ils se ruent dessus. Quand je me décide à enfin rentrer dans le bain, « doucement pour ne pas faire peur aux poissons », je n’ai qu’une phrase en leitmotiv dans ma tête : « Je veux que les poissons me bouffent ! », le fameux jingle de Radio Nova…

 

  

 

Je m’allonge et là, sensation étrange : ça surprend, ça chatouille, ils se ruent tous dans mon dos (je dois avoir de la peau morte inaccessible à gommer toute seule) et sur mes pieds. Petit à petit, certains viennent sur mes mains, autour de mes ongles tout naturellement. Ils butinent en quelque sorte et, en tout cas, semblent se régaler.

 

  

 

 

 

Soudain, c’est à mon nombril que cinq Rufa de la bande ont décidé de s’attaquer frénétiquement. A un moment, ils sont cinq (!), je suis quand même obligée de les chasser délicatement.

 

   

Au bout d’une demi-heure, on me fait signe que c’est terminé. Déjà ? Je ne veux pas sortir, je veux continuer à nourrir les poissons ! J’accepte finalement de quitter le bain, les Rufa suivent mon dernier pied qui s’extirpe péniblement de l’eau… Eux aussi semblent regretter mon départ. Je me fais la promesse de revenir dès que possible car l’expérience, même en plein cœur de Paris, est exotique et je n’ai envie que d’une seule chose : recommencer ce gommage éco-friendly au plus vite… Le soir, quand je rentre, ma peau est super douce. Bien plus agréable qu’après le gommage hebdomadaire que je fais à la maison. Bref, après les dauphins, je suis comme un poisson dans l’eau avec les Rufa !

 

 

Rufafish : 68, avenue de New York, 75016 Paris (01 47 20 00 31). Fish bodycure simple (30 mn) 49 €, (1 h) 89 €. www.rufafish.com

format 300/*

sur le même thème

découvrez