‘Call Me Maybe’ : Islandic remix

Sortir et se laisser séduire dans un petit pays n’est pas toujours sans risques. Surtout si ce pays est une île, isolée par sa proximité avec le cercle arctique. Heureusement, depuis 1997 une banque de donnée inédite permet aux islandais d’éviter les mauvaises rencontres. N’entendez pas par là, celles avec d’éventuelles canailles (celles-ci existent sans doute ici, comme ailleurs), mais avec des individus qui partageraient le même héritage génétique qu’eux. Car ici la question n’est pas : « Est-ce que ce joli numéro disponible ne ferait pas par hasard partie de ma famille ? » ; mais plutôt : « A quel degré de parenté sommes-nous reliés »…

 

Brrrrr…  Dur de se réchauffer en Islande !

 

Avec seulement 300 000 habitant, dont 60% sont regroupés dans la région de Reykjavik, la capitale, le monde est ici moins vaste qu’ailleurs. C’est pourquoi « Islandingabok », ‘le livre des islandais’, permet de vérifier ces interconnexions génétiques à travers 1200 ans d’études généalogiques de la population. Côté pratique, il suffit d’entrer son nom et le nom du ‘call me may be’ d’un soir afin d’évaluer si votre degré de proximité familiale rend cette ‘rencontre’ possible. Un accident de cousinage est si vite arrivé… Un service réservé aux habitants et résidents, qui permet, en bonus, de constater à quel degré chacun est relié aux célébrités locales. Car Björk, Dmon Prunner ou Erro ne sont pas forcément les cousins de tout le monde… Ou alors seulement au-delà du 5e degré !

 

L’Islande organise aussi une fashion week… Mais on lui pardonne ! A droite, Kron by KronKron et, à gauche, Mundi.

 

A part cela –et ce n’est pas forcément lié à ce qui précède-, l’Islande a reconnu le mariage homosexuel en 2010 (la même année que le Portugal ; comme les Pays-Bas l’avaient fait en 2001, la Belgique en 2003, l’Espagne en 2005, la Suède et la Norvège en 2009 et le Danemark en 2012), sans que les institutions familiales s’effondrent !

Le 11 juin 2010, le parlement islandais approuvait le projet de loi à 49 voix pour, aucune contre et 14 abstentions. La loi est entrée en vigueur le 27 juin 2010. Le jour même, la Première Ministre Jóhanna Sigurðardóttir a ainsi pu épouser sa compagne Jónína Leósdóttir. Ça s’appelle partager des mêmes droits pour les même personnes, qui payent les mêmes impôts dans le même pays. Mais la France -qui n’a octroyé le droit de vote aux femmes qu’en avril 1944- n’est sans doute pas à un archaïsme près…

 

 

format 300/*

sur le même thème

découvrez