Girbaud : le ‘it’ jean du futur s’expose à Saint-Etienne

Dingues de jean, Marithé et François Girbaud le retournent dans tous les sens depuis plus de 40 ans. Ils démontrent actuellement comment ils ont toujours un siècle d’avance sur nos ‘slim’ et nos ‘boyfriend’ préférés.

 

On ne le répètera jamais assez : loin de n’être qu’une histoire d’évolution esthétique, la mode n’existerait pas sans évolutions technologiques. Ainsi, le roi soleil, ses sujets puis toutes les cours d’Europe, n’auraient pas été vêtus de brocards et de taffetas de soie dès le XVIIe siècle, en l’absence des patients canuts lyonnais. Et sans l’importation des lourds métiers Leavers au XIXé siècle dans le nord de la France, point d’industrialisation de la dentelle…

 

Marithé et François Girbaud par Karl Lagerfeld

 

Désormais, c’est une autre révolution qu’est en train de vivre le textile à travers les machines laser. Véritable ‘géotrouvetout’ de la mode, François Girbaud est l’un des pionniers à avoir pressenti l’intérêt de cette technologie révolutionnaire qu’il a d’abord appliqué à sa matière fétiche, le jean. Un matériaux qu’il triture avec sa complice Marithé Bachellerie depuis les années 70.

Leur histoire, liée à celle de notre plus fidèle pièce de mode, est actuellement racontée à Saint Etienne, au Musée d’Art et d’Industrie réhabilité par Jean-Michel Wilmotte.

Dès 67/68, alors que François travaille pour la boutique Western House et que Marithé tricote des ponchos babas, ils proposent d’autres versions du jean 5 poches américain. « A l’époque, nous sommes des hippies, se souvient t’il. Avec mes potes, on est à la fois fascinés par le rock et le folklore US, mais on veut faire du folk à la française. On essaie des délavages de toile, on montre les boutons de braguette, etc. ».

 

Marithé et François autour de 1968…

 

D’abord délavé au chlore –l’eau de Javel-, le jean va bientôt subir les assauts de la pierre ponce. L’effet est réussi. Le Stonewash est né. Mais la consommation d’eau explose, tout comme l’usure des machines. Leur première marque s’appelle ‘ça’, ce qui leur vaudra un procès retentissant avec C&A. A l’image de leur humour décalé, le numéro du dossier du procès devient leur seconde marque ‘Matricule 11342’… Suivront ‘Halles Capone’ leur première boutique, puis des dizaines de griffes mythiques, de ‘Closed’ pour le jean à ‘Compagnie des Montagnes et Forêts’ pour le cuir, en passant par ‘Maillaparty’ pour la maille, ‘Momento Due’ pour l’homme ou plus tard ‘SPQRcity’ pour le prêt-à-porter urbain… Après avoir habillé tout le rock français des années 70, leur carrière prendra une tournure mondiale dès 1983 lorsque Jennifer Beals affiche ses jeans ‘a danser’ Girbaud dans le film Flashdance. La conquête commerciale de l’Amérique suivra.

 

La façade ‘made in USA’ de la première boutique Girbaud des Halles.

 

Refusant de choisir entre les métiers de stylistes –une profession naissante à la fin des années 70- l’attitude ‘créateur’ ou le style ‘couturier’, ils restent farouchement indépendants des systèmes établis. Mais leurs visions avant-gardistes et leurs silhouettes urbaines sans cesse actualisées descendent souvent dans la rue. A tel point que l’univers du jean comme celui du sportswear, du streetwear ou même du rap –avec le jean ‘baggy’- leur doivent souvent leurs fondements (sic) esthétiques.

 

Le jean ’boutonneux’ Girbaud, vers 1971.

 

En tout, ce sont plus de 6000 propositions différentes de jeans qu’ils vont mettre au point, dont quelques-uns –les plus emblématiques- s’exposent actuellement dans la rétrospective Girbaud de Saint-Etienne.

On y découvre des perles pleine d’humour, comme ce jean ultra-large boutonné de 1971 ‘le Boutonneux’, qu’on pourrait reporter tel quel aujourd’hui. Mais aussi Joëlle, la chanteuse du groupe ‘Il était une fois’, à l’époque mannequin pour Girbaud, ou ce clip vidéo ‘Tailler pour l’hiver’ –ancêtre des émissions de Melle Agnès- tournée dans les coulisse du défilé de 1985 par Mathias Ledoux et distribuée par un certain Dominique Farrugia… Et bien sûr les publicités imaginées pour la marque par le cinéaste Jean-Luc Godard en 1988 et 90 ou créées par Oliviero Toscani. En tout plus de 40 heures de vidéos épatantes sont ici accessibles.

 

Un prototype de jean ultra-travaillés de demain. M+F Girbaud.

 

Mais loin de vivre sur ce glorieux passé, le couple de créatifs aux collections désormais produites en Inde, se concentre sur l’avenir et les technologies laser. A l’heure ou les monstres de la production de jean entament à peine un début de réflexion sur la consommation d’eau ou l’empreinte chimique polluante de l’industrialisation, le laser fait uniquement appel à la lumière pour travailler les toiles ou souder les coutures. « La morsure du laser peut aussi graver les surfaces et leur donner un aspect différent du tissage initial, explique Marithé Bachellerie. La toile sergée devient ainsi chevrons ou prince de Galles ». L’ozone permet aussi des délavages qui utilisent 70% d’eau en moins.

 

Tous les effets de surface sont désormais permis sur jean grâce au laser.

Photo Jacques Gavard

 

A l’occasion de la Biennale Internationale du Design (du 12 au 31 mars 2013 à Saint-Etienne) le 22 mars, François Girbaud fera d’ailleurs ici une démonstration de machine laser. On pourra y faire customiser son propre jean.

Enfin dans le beau livre consacré aux créateurs par les éditions La Martinière, Yohji Yamamoto leur rend un bel hommage : « Dans ma garde-robe, j’ai un jean Marithé + François Girbaud de près de 10 ans. Son toucher particulier évoque en moi le contact de ma compagne. Quand je le porte, il m’aide à éliminer la fatigue et me donne envie de rentrer chez moi ». La mode, ça sert aussi à ça !

 

Exposition « L’autre Jean » :Jusqu’au 6 Mai 2013, Musée d’Art et d’Industrie de Saint Etienne. www.musee-art-industrie.saint-etienne.fr

A lire : « Marithé + François Girbaud, de la pierre à la lumière », Editions de La Martinière. Entretien de Farid Chenoune.

Biennale Internationale Design Saint Etienne : du 14 au 31 Mars 2013. www.biennale-design.com

www.girbaud.com

 

format 300/*

sur le même thème

découvrez