Backstage : tendance aquatique chic chez Anthony Vaccarello

Sur l’invitation d’Estée Lauder et de L’Oréal Professionnel, direction gare d’Austerlitz pour s’immiscer dans les backstages des Docks en Seine pour le défilé Anthony Vaccarello.

 

 

Un vrai plaisir d’être à nouveau conviée par le designer belge, dont les défilés sont toujours très attendus. Déjà, parce que ses collections sont d’une féminité extrême — cette saison, très sexy sirène —, qu’il a toujours un casting de rêve (Karlie Kloss, Cara Delevingne, Jourdan Dunn, Anja Rubik, Anna Selezneva.., et Constance Jablonski et la délicieuse et très sympathique Arizona Muse par ailleurs égéries Estée Lauder)…

 

 

… Mais aussi, bien sûr, pour Tom Pécheux, directeur créatif du maquillage Estée Lauder, et Anthony Turner, supadupacool hairstylist L’Oréal Professionnel !

Pour le make-up, Tom Pécheux avoue avoir eu « envie de créer un maquillage avec impression d’eau ». Sur une peau super naturelle (préparée notamment avec la Crème Revitalizing Supreme — ce qui permet au fond de teint Double Wear, celui que Tom préfère, de glisser beaucoup plus —, quasiment pas de poudre sauf sur la zone T. Sur les joues, du blush avec des couleurs chaudes, un peu corail, pêche (les nouveaux « Brazen Bronze » et « Blushing Nude »)…

 

   

L’accent est donc mis sur les yeux, avec le crayon Eyeliner Kajal Pure Color « Black Blue » (qui sera disponible en janvier 2013) auquel il ajoute un gris métallique par-dessus pour la touche métal (beaucoup vue sur les défilés cette saison, ndlr). « C’est un côté un peu Isabelle Adjani/j’ai touché le fond de la piscine un soir d’orage ! ». Le mascara utilisé est un duo, le Sumptuous Two Tone, marron/noir, « pour le côté sophistiqué mais naturel. Une technique que je pratique aussi chez Ralph Lauren depuis longtemps : le noir, pour lifter les yeux au coin externe de l’œil en haut et en bas, le marron au coin interne, en haut et en bas, en fameux points de lumière ». Quant au sourcil, il est travaillé avec le Crayon Design pour lui donner du caractère. « Un cat-eyes sans le drama ! ». Sur la bouche, Tom explique qu’il « tapote en général le rouge, à part si c’est une couleur mate ou très foncée, ce qui permet d’avoir une couleur un peu effacée ». Ici, le rouge à lèvres Pure Color « Vanilla Truffle » et « Barely Nude » (son « rouge à lèvres french kiss »), pour le côté pulpeux… En touche finale, le teint est ravivé avec le sérum Idealist, son « produit fétiche, pour donner plus de brillance, plus de vie ».

   

 

Quant au brief donné par Anthony Vaccarello, Tom Pécheux explique : « Anthony est très ouvert même s’il sait ce qu’il veut. Il a réussi à se faire reconnaître avec ses coupes ultra-féminines et à s’imposer. La collection, ici, est très liquide, toujours structurée mais avec des plissés et drapés qu’il n’y avait pas l’an dernier. Il voulait une femme plus naturelle, moins fin de nuit, plus jour, plus été, plus chaleureuse, plus « accessible », version Vaccarello ! L’an dernier, elle était plus bombe irrésistible, intouchable. C’est une femme avec beaucoup plus de sensualité mais aussi plus minimale. La réponse à la saison dernière où tout était plus opulent. »

DIY ? Ce maquillage, selon le make-up artist, demande « 10 minutes quand je ne parle pas mais comme je suis très bavard ! »… Un travail de pro, quoi.

 

  

 

 

On avait déjà rencontré il y a six mois Anthony Turner et on l’adore ! Après les queues de cheval strictes et militaires de la saison dernière, place à la légèreté. « L’influence des trois dernières saisons étaient assez vampy, très forte et androgyne, cette fois, on voulait quelque chose de plus accessible. Le genre de cheveux que toutes les femmes aiment. Donc du frais, du naturel, et en même temps assez parisien, car mon inspiration vient des filles parisiennes dans la rue, leur façon de porter leurs cheveux qui est vraiment « cool ». Nonchalante d’une certaine façon, mais qui a confiance en elle et n’a rien à prouver ».

 

  

 

How to do it ? Un peu de Volume Architect et les cheveux sécher au doigt pour l’effet naturel et léger. Le thème ? « Le lendemain du soir où la fille a fait la fête. Elle a dormi sur sa coiffure mais est toujours sexy ! » En final, un coup de laque Elnett pour sécuriser le tout.

 

  

 

  

 

Constance Jablonski, Anthony Vaccarello, Arizona Muse et Tom Pécheux © Estée Lauder

 

 

PS : on a aimé la bande-son concoctée par Michel Gaubert qui a remis au goût du jour la house des 90s avec Dream 2 Science, « My Love Turns To Liquid » et celle, plus actuelle, de Julio Bashmore, « Au Seve » dont nous vous avons déjà parlé sur ce site.

 

 

 

format 300/*

sur le même thème

découvrez