Challenge : La mode à l’épreuve des nouveaux textiles

L’exposition Futurotextiles de Lille fait le point sur les dernières innovations pour nos vestiaires, mais aussi notre maison et notre environnement. Quand les tissus changent la vie !

 

La spectaculaire entrée du CETI dans l’agglomération lilloise.

 

Qu’est-ce que le textile ? A cette question d’apparence facile, la troisième exposition Futurotextiles répond de façon plutôt surprenante. Aujourd’hui, grâce aux évolutions technologiques récentes ou en développement, les textiles peuvent en effet prétendre servir a tout. Inaugurée en même temps que le CETI (Centre Européen des Textiles Innovants) dans le pôle Roubaix-Tourcoing-Wattrelos de l’agglomération lilloise, le 10 octobre dernier, cette épatante vision de notre quotidien de demain, développe sur 1500 M2 de nombreuses perspectives.

 

Robe en bois sur toile par  Léa Peckre et  Elisa Strozyk. Rares designers, de mode pour l’une et de textiles pour l’autre, à faire des recherches esthétiques à partir d’innovations textiles.

 

Et n’allez surtout pas croire que ces textiles du futur sont des gadgets sans avenir ! « En effet, si l’activité textile traditionnelle décroit de façon inéluctable, indique Bertrand Delesalle, président du CETI, celle des textiles techniques ne fait que se développer ». Ces derniers représentent déjà 40% de l’activité globale du secteur. L’IFM indique même que leur chiffre d’affaire de 133 milliards de dollars est réalisé pour 20% en Europe. D’où un intérêt logique vers davantage de développements ébouriffants prônés par le CETI. Développements qui semblent cependant toujours échapper aux directeurs artistiques des maisons de mode, même les plus créatives. Depuis l’apparition des fibres élasthanne dans les années 80 (merci Marc Audibet), ceux-ci semblent éternellement ressasser un passé plus ou moins récent, sans jamais s’intéresser à ces recherches –il est vrai souvent fort coûteuses. Pourtant, à travers des propositions esthétiques pertinentes, ces innovations pourraient devenir enfin désirables aux yeux du plus grand nombre.

 

Deux costumes d’inspiration chamanique de Nick Cave, à voir au Tri Postal  dans le cadre des expositions  Lille 3000 et au sein de Futurotextiles au CETI.

 

Après un bref rappel des 3 grandes familles textiles (naturels, artificiels et synthétiques), l’exposition passe à des exemples pointus. Au passage, même les fibres naturelles peuvent cependant encore réserver des surprises. Si on a compris par exemple depuis longtemps que le lin associé à la résine pouvait servir à concevoir des meubles, des planches de surf, de skate ou des coques d’I.Phone (mais pas que), on s’arrête devant une anomalie fascinante : la soie d’une certaine araignée de Madagascar est cinq fois plus résistante que l’acier (45 tonnes au cm2) et plus élastique que le Nylon. Seul hic, cette merveille digne des exploits de Spiderman n’est pas vraiment productible de façon industrielle rappelle Caroline David, commissaire de l’exposition.

Autre matière naturelle désormais utilisée par le génie civil, le fil de basalte est une transformation de la pierre volcanique en une fibre ultra résistante. Sa durée de vie quasi éternelle en fait un partenaire idéal de l’univers du bâtiment ou des travaux publics (routes, ponts, etc.).

 

Le basalte peut aussi devenir un textile naturel.

 

Si on connaît désormais les capacités spectaculaires de la fibre optique (qui transporte nos contenus virtuels et toutes les images qui nous entourent, à la vitesse de la lumière), on commence seulement a exploiter de façon industrielle la fibre Piezo. Cette matière hybride associant des matériaux photovoltaïques flexibles qui exploitent l’énergie solaire, avec des fibres piézoélectriques également flexibles qui produisent de l’énergie grâce au mouvement, pourront par exemple bientôt permettre de recharger son téléphone rien qu’en le plaçant dans la poche de sa veste. Sous forme de rideaux, ces fibres Piezo peuvent aussi produire de l’énergie dans la maison.

 

Rideau en fibre optique, dans la formidable exposition Futurotextiles.

 

Au rayon lumière toujours, cette exposition présente un sac à main expérimental de Dognin doublé de tissu réfléchissant et doté d’une rangée de LED qui ne s’allument qu’à l’ouverture du sac… On sait que ce genre de situation n’arrive jamais à personne, mais cet éclairage ‘embarqué’ pourrait bêtement permettre de retrouver ses clefs, ou tout autre accessoire, au fond de son sac !

 

Le sac ‘retrouve tout’ de Dognin est équipé de Led.

 

Dans une industrie textile française dont le chiffre d’affaire a progressée de 5% en 2011, les textiles techniques représentent désormais 5,4 milliards d’euros. « Un domaine où la France pointe au deuxième rang européen après l’Allemagne » rappelle justement le site FashionMag.com. Ainsi, des applications en médecine se dessinent à travers des implants textiles, mais aussi des tissus micro-encapsulés diffuseurs de remèdes indispensables. En aéronautique, des éléments de fuselages d’avions comme de satellites sont déjà conçus en tissus ou en fibres non-tissés performantes. L’agriculture et le génie civile utilisent également abondamment désormais ces ‘géotextiles’ imputrescibles ou isolants, tous dotés de multiples capacités indispensables.

 

En photographiant avec un smart phone le QR code brodé sur ce pull, on accède au site internet de la marque. Par la créatrice Olympe Jaffré (www.olympe75018.com) 

 

L’univers du sport propose déjà ses solutions futuristes avec des tissus intelligents, des textiles photovoltaïques composés de fils électro actifs ou lumino réactifs associant nanotechnologie, biologie et informatique. Plus simples mais spectaculairement efficaces, les nouveaux tissus parés d’une enduction céramique que l’on trouve déjà dans le commerce, assurent aussi davantage de stabilité. Peut-être une solution pour les vieux jours vacillants du 4é âge.

Sous son jour le plus ludique, la micro encapsulation permettra également bientôt d’accéder à des tenues ou des parures de lit relaxantes, énergisantes, amincissantes ou pourquoi pas euphorisantes et stimulantes,… Pour des samedis soirs qui tiennent leurs promesses !

 

Et si la tonte des moutons, ici en Nouvelle Zélande,  devenait dès demain de l’histoire ancienne ?

 

Futurotextiles 3. Du 13 Octobre au 30 Décembre, du mercredi au dimanche de 14H à 18H. CETI, 1 rue des Métissages, Roubaix.

www.ceti.com

Le catalogue Futurotextile 3 est paru aux éditions Stichting Kunstboek bvba.

A lire également : « Mode et Tissus High-Tech » de Sophie Bramel et Patricia Poiré, éditions Falbalas.

 


format 300/*

sur le même thème

découvrez