Chinese Delight : A Shanghai avec Louis Vuitton

Prêt pour un petit aller-retour de 48 heures à Shanghai ? Un grand huit -48 plutôt- de cocktails et de diners, avec un show spectaculaire et des parties assorties !!! Aujourd’hui, c’est Vuitton qui régal pour l’inauguration de son plus grand magasin en Chine. Shì Shì.

 

La vitrine de la nouvelle Maison Louis Vuitton de Shanghai


JOUR 1 :

7 H. : Atterrissage à l’aéroport de Shanghai Pudong. 30°, 70% d’humidité. Mes 4/5 heures de sommeil en vol, auront été ma dernière nuit ‘complète’ avant le retour.

8.40 H. : Arrivée à l’hôtel : le Park Hyatt situé entre les 79e et 93e étages du World Financial Center. La plus haute tour de la ville. Mais ça a du changer depuis… Rapport à mon vertige, on m’octroie une chambre ‘basse’. Au 79e étage. Sympa !

10 H : Après une douche ‘rapido’ dans une salle de bain grande comme 2 fois mon living, j’arrive –en retard- à la conférence d’ouverture de la ‘Maison Louis Vuitton’ au Ritz Carlton. Toute la presse asiatique est là, télé comprises. Les visiteurs occidentaux sont rares… Errants, égarés dans leur salle de bain, j’imagine.

 

Le Park Hyatt, au dessus de l’ex ‘plus haute tour de shanghai’…

 

11 H : Visite en avant première de l’exposition « Louis Vuitton Express » au sein du centre Plaza 66, à côté de la ‘Maison Louis Vuitton’. Un espace culturel composé de malles anciennes géantes. Comme si Gulliver avait laissé ici ses valises et que j’étais un tout petit petit poucet dedans… Impression qui ne me quittera plus durant 48 heures.

11.25 H. : Visite en avant première du magasin. Une boutique qui s’est agrandie sur 4 niveaux, avec un appartement réservé aux commandes sur-mesure au sommet. On n’y vient pas simplement ‘faire du shopping’, mais ‘partager une extraordinaire expérience de consommation’.

 

Les malles de Guliver de l’expo LV et l’architecte Peter Marino en conférence dans son nouveau concept d’appartement privé Vuitton.

12.30 H. : Dans l’appartement privé au dessus de la boutique, Peter Marino –l’architecte des lieux-, tout de cuir noir vêtu donne une interview aux télés chinoises. Les têtes se secouent : Shì Shì.

13.30 H. : Retour au Park Hyatt, aussi nommé ‘the bottle opener’ à cause de sa forme de décapsuleur, pour un déjeuner au 91e étage avec quelques consœurs enfin sorties de leur salle de bain. Et puis ‘beauty sleep’ pour préparer la soirée…

15 H. : Mais comment dormir lorsqu’on sent dans ce lieu entièrement dédié aux invités, que peut-être Marc Jacobs est là, à quelques pas, en train de se raser dans sa salle de bain-salle de bal, sans doute attenante à la mienne ???

17.30 H. : Départ pour le centre Plaza 66 où a lieu l’inauguration officielle de la ‘Maison Louis Vuitton’.

18.05 H. : C’est la compet’ : devant Bernard et Antoine Arnault, Laetitia Casta vole la vedette à Clémence Poésy, qui laisse passer Alain Delon. Grosse pression autour de la star qui arrive à pied. Il a testé le matin même une spécialité locale : l’accident de voiture –léger. Au rayon jeunes anglaises : Alexa Chung et Poppy Delevigne paradent. Chez les Italiennes, Luisa Orsini et Antonine Peduzzi, créatrices de la marque de sacs LT-180 arrivent mains libres. Gong Li et Fan Bing Bing sont également de la partie. Je refais le monde avec Stephen Jones.

 

Alain Delon et Yves Carcelle

 

20 H. : Epuisé par la pression ‘people’, il est l’heure de filer au dîner organisé par Bernard Arnault. L’occasion de célébrer les 20 ans de présence de LV en Chine.

20.15 H. : Dans un palais façon petit Trianon, on me dirige vers la table d’Yves Carcelle. Fan Bing Bing est resplendissante à ses côtés, dans une robe bleue pastel en fleurs 3D de l’été Vuitton.

20.50 H. : Yundi Li, le jeune virtuose du piano, interprète 2 nocturnes de Chopin. Un chat s’égare au milieu de l’assistance.

22.30 H. : Entre deux dégustations de Château d’Yquem, le chef étoilé Alain Passard vient saluer les invités. Que des grosses légumes…

23.15 H. : Rapatriement vers le décapsuleur au-dessus des nuages. On hésite entre une apparition dans le club situé au 93e étage et un plongeon dans la piscine du 85e. En forme, j’opte pour l’option sportive. J’y retrouve Luisa et Tine, mes nouvelles amies romaines. L’eau est froide, elles choisissent le jacuzzi, hélas sans bouillonnement. Je fais 3 brasses et les rejoins.

00.10 H : On papote.

00.25 H : On est super pote !

1.00 H. : il faudrait peut-être aller dormir… Mais la plupart des autres invités ont émigré de la boite de nuit vers la suite où Marc Jacobs donnait tout le jour ses interviews. Party, party !

2.30 H : Enfin au lit. Dormir ? C’est compter sans le jet lag… Quelques centaines de décomptes de moutons plus tard et 2558 tours d’exploration du lit king size, il est 8 heure du mat’.

 

Marc Jacobs en plein boom à Shanghai

 

JOUR 2 :

9 H. : Retour dans le lobby et départ pour une visite guidée de l’ancienne concession française de Shanghai. Entre maisons ouvrières alsaciennes et mini-Trianons entourés de parcs, l’extravagance européenne est une valeur sure !

15 H. : Après un déjeuner au restaurant sino franco-argentin Colagreco sur le Bund, retour au décapsuleur pour une petite sieste (25 mn montre en main) et préparation pour le cocktail-soirée-défilé-party.

 

Dans l’ancienne concession française de Shanghai on jardine, ou on admire des Pompadour asiatiques…

 

19.30 H. : Arrivée devant la plus colossale des constructions éphémères. Le set de la soirée Vuitton de Shanghai est un hall d’exposition. Mais décoré comme un musée !

19.40 H. : Cocktail dans un lobby de palace reconstitué au milieu des démonstrations de ‘l’art de faire ses bagages’. Cet « Art of Packing » devenu le service ‘plus’ de Vuitton. J’apprends à rentabiliser le moindre espace grâce aux conseils de plusieurs majordomes venus du Ritz à Paris.

 

« L’Art of Packing » Louis Vuitton : une leçon de vie…

 

20 H. : La méthode semble plus efficace que le ‘Je-m’assois-dessus-et-j’appuie-jusqu’à-ce-que-les-fermoirs-expirent’.

 

21.15 H. : Il faut émigrer vers un autre espace, aussi grand que celui du défilé parisien.

21.25 H. : Pièce maitresse, la locomotive à vapeur du ‘Louis Vuitton Express’ -reconstituée ici pièce par pièce- s’élance sur le podium dans un brouillard de cinéma. Les mannequins vêtues dans un style 1910 descendent du wagon suivies de leur porteur au rythme de la musique de la série télé ‘Downton Abbey’.

21.40 H. : Standing ovation pour Marc Jacobs.

21.50 H. : A la suite de Bernard Arnault, tout Shanghai va se faire photographier dans le wagon Pullman !

 

Le show Vuitton Express à pleine vitesse

 

22 H. : Le décor gigantesque d’un night club décoré comme un train s’ouvre. Il est bordé de terrasses sur la rivière. Les tours illuminées de la ville flottent dans le smog local. Et c’est re-Party !

22.35 H. : Alexa Chung et Poppy Delevigne, flanquée de son boy friend James Cook, dansent sur les tables et les sofas avec Pat McGrath, make up artist du show. Coco Brandolini et Elizabeth von Guttman assurent aussi. Pas besoin de jacuzzi pour le chroniqueur mondain Derek Blasberg : il est ici dans son bain.

23.05 H. : Lana Del Rey arrive sur scène. Grand yeux, moue boudeuse et nez retroussé impeccables.

 

Lana Del Rey chante pour moi !!!

 

23.12 H. : C’est pour moi que Lana chante Blue Jean.

23.22 H. : C’est pour moi que Lana chante Vidéo Game.

23.32 H. : C’est pour moi que Lana chante Born to Die.

23.45 H. : Fin du concert et reprise du DJ Jeremy Healy. Comment on arrête de danser déjà ?

00.10 H. : Lana Del Rey arrive sur le dance floor.

00.15 H. : On me la présente et je ne défaille pas. Je lui raconte que j’ai assisté à son premier concert à Paris au Silencio, il y a moins d’un an. Elle n’en revient pas. Moi non plus. On s’embrasse.

00.18 H. : Lana Del Rey est ma meilleure amie !

00.19 H. : Je vais danser pour fêter ça.

1.15 H. : Au fait, quand est-ce qu’on rentre à Paris ?

1.18 H. : Ah, aujourd’hui même ?

1.20 H. : Bon. Il faudrait peut-être aller pratiquer un peu d’ « Art of Packing » alors…

2.00 H. : Retour dans la chambre du 79e étage. On ne voit plus la ville. Perdue dans les nuages. Ou dans des brumes d’alcool… Comment est-ce qu’on plie une chemise déjà ???

2.15 H. : Tant pis, j’empile et je m’assois dessus.

2.45 H. : Je sens que ça vient !

3.18 H. : Miracle, les zip de mon trolley cabine Vuitton ont résisté. C’est du solide !

3.40 H. : Pas comme mon sommeil !

6.30 H. : La mélodie du téléphone sonne la fin du calvaire. Pas fermé l’œil !

8.40 H. : Arrivé sain et sauf à l’aéroport avec un chauffeur qui ne partage pas mes troubles de sommeil. Le bonhomme a faillit s’endormir tout au long de l’autoroute !

10.45 H. : Le vol de Paris décolle. Non, pas de Champagne, pitié ! Des boules Quiès, un Alka Seltzer, un Stilnox et un masque en cachemire Philip Lim : ma nuit commence…

Au fait, Louis Vuitton, tu l’ouvres quand ton agence de voyage ?

Patrick Cabasset.

 

Gilles Denis (Les Echos, Série Limitée), Alice d’Orgeval (L’Officiel Voyage) et PC 

format 300/*

sur le même thème

découvrez