L’ombré hair passera-t-il l’été ?

Les racines apparentes ont plus que jamais la cote, et ça nous rend service ! Le ombré hair, c’est, basiquement, des racines foncées et des pointes décolorées. Un véritable effet retour de vacances… avant d’être même parties ?

 

Par et Charline Roux

 

Défilés Givenchy, D&G et Zuhair Murad, printemps-été 2012

 

Il est apparu il y a environ deux ans. A l’origine, le ombré hair (ou tye-and-dye) vient de Los Angeles, vu, entres autres, sur Drew Barrymore ou Cameron Diaz qui laissaient reposer leur chevelure entre deux tournages, c’est Christophe Robin qui nous le confie — et il a d’ailleurs créé trois harmonies d’« ombrés » pour la gamme Préférence de L’Oréal Paris… A Hollywood, Miley Cyrus, Rachel Bilson, Jessica Biel, Olivia Palermo, Chanel Iman, Naomi Campbell… ont suivi la tendance. Ici, c’est Daphné Burki qui l’a arboré en premier, puis Vanessa Paradis… L’ombré nous plaît et il a des avantages : on ne panique plus sur deux centimètres de racine, il donne une impression de volume aux cheveux trop fins, on va aussi moins chez le coiffeur, donc on économise ! Et à la rentrée, on fait quoi ? On garde ! Sur les défilés printemps-été, Gisele Bundchen, en premier, portait fièrement sa crinière tye-and-dye chez Givenchy, tout comme Magdalena Frackowiak chez D&G ou Constance Jablonski chez Zuhair Murad. Et cet hiver, Lindsay Wixon faisait virevolter ses longueurs chez Prada quand Karlie Kloss les affichait presque « wet » chez Jean Paul Gaultier, qui, lui, forçait les racines de ses mannequins en tombant quasiment dans le « shadow roots », la suite du ombré hair, on vous le dit !

 

Défilés Acne et Edun, printemps-été 2012.

 

Défilés Prada et Jean Paul Gaultier, automne-hiver 2012-2013.

 

Défilés Jen Kao & Pringle of Scotland, automne-hiver 2012-2013. 

 

Page : 1 2 3
format 300/*

sur le même thème

découvrez