La voilette prend vapeur

Mollement allongée sur le sable entre deux transats, on hésite à s’habiller (trop chaud) ou même à se maquiller (trop compliqué). C’est cependant dans ce moment de douce vacuité qu’il faut aborder les vraies questions ! Passerez-vous l’hiver sous voilette, ou pas ?

 

Lady Gaga avec sa voilette ‘cool cat’ Maison Michel

 

Et même avant l’hiver ! Car imaginez ce soir, invitée à un dîner légèrement plus formel,… Face à une envie de laisser-aller bien mérité, une simple résille placée pourrait vous sauver la mise.

Pourtant, cet accessoire impromptu ne date pas d’hier. La voilette semble en effet être apparue dans les années 1840 sous forme de voile attaché au chapeau puis drapé. Un accessoire protecteur qui prendra son envol avec le développement des chemins de fer, puis de l’automobile. En effet, le train à vapeur n’épargne pas ses occupants –et occupantes- des escarbilles et des nuages de poussières charbonneuses… C’est donc d’abord pour se protéger des agressions extérieures qu’elle se généralise. Bien loin du soucis de cacher son apparence des regards inquisiteurs, qui la verra renaitre, toutes voiles dehors, autour de la seconde guerre mondiale.

 

 

Voilette de Schiaparelli en 1949 dans L’Officiel.

 

Mais dès la fin des années 50, le développement de l’industrie cosmétique, puis de la médecine esthétique, remisera cet argument de séduction au rayon des vieilleries d’un autre âge.

Si il renait désormais à travers de nombreuses collections de mode, cet élément ‘futile’ pourrait bien devoir son salut à une nouvelle approche utile. Ce n’est pas que la chirurgie esthétique ne soit plus au goût du jour, mais son coût –de 3000 à 6000 € pour un lifting visage- ne correspond sans doute plus aux critères de l’époque. Sans parler des accidents plus ou moins volontaires qui lui donne mauvaise presse, ni des ravages de la toxine botulique et autres fluides de comblement de rides, capables de transformer n’importe quel expression faciale racée en une explosion figée de popcorn asymétrique !

 

Deux voilettes signées Dior Couture, Automne Hiver 2012/13

 

La première voilette moderne digne de ce nom est réapparue, on s’en souvient, l’hiver dernier sur le podium de Jil Sander. Un simple bonnet de laine équipé d’une résille flatteuse. Un accessoire mi-sport mi-couture instantanément adopté (dans la ½ heure qui suivit le show !) par l’excentrique Anna Dello Russo… Ce qui ne suffit cependant pas à tuer la tendance dans l’œuf ! Accessoire surprise du moment, la voilette était en effet de presque tous les podiums de la haute couture en juillet dernier. Et elle sera de toutes les garde-robes dès l’automne.

 

La voilette Jil Sander de cet été et Anna Dello Russo voilée.

 

Sa séduction mystérieuse s’associe idéalement aux panoplies sombres et aux nouveaux noirs de l’hiver. Enfin, le trouble qu’elle éveille chez les garçons est inversement proportionnel au coût supporté par le filles. Si ça ce n’est pas un argument de séduction majeur !!!

 

Star de la saison : la voilette ‘cool cat’ été 2012 de Maison Michel.

Côté Haute Couture, chez Giambattista Valli comme chez Armani Privé,

la voilette prend vapeur !

format 300/*

sur le même thème

découvrez