Sterling Ruby, nouvelle flamme de Dior par Raf Simons

La simple passion d’un directeur artistique de maison de couture pour un artiste contemporain, peut-elle transformer ce dernier en artiste ‘à la mode’ ? Et pourquoi pas ?

 

Les ‘Soft Work’ de Sterling Ruby au FRAC de Reims

 

Tous les observateurs vous le diront : les stylistes de mode devenus directeurs artistiques, voir directeurs de création, ont – comme tout le monde- des pulsions arty incontrôlables. Paul Poiret avec Raoul Dufy, Elsa Schiaparelli avec Salvatore Dali et Jean Cocteau, Jean-Charles de Castelbajac avec les artistes de sa génération (de Combas à Boisron et de Ben à Garouste) ou Marc Jacobs chez Louis Vuitton avec Takashi Murakami et Richard Prince, entre autres, ont tous prouvé que ce type de collaboration pouvait être positive pour les deux parties. La pulsion arty de Raf Simons s’expose elle tout l’été à Reims.

Oui Reims : douzième commune de France, ville phare de Champagne-Ardenne, cité des sacres royaux, capitale des bulles de Champagne et siège du Fond Régional d’Art Contemporain (FRAC) Champagne-Ardenne. Le fameux FRAC qui expose tout l’été Sterling Ruby, transformant du même coup cette paisible bourgade (pas même chef-lieu de région, ni de département) en un centre névralgique de la mode !

 

ARM120524-011

Pour Sterling Ruby à Reims, les quilts américains deviennent des sculptures molles

 

Car Sterling Ruby EST l’artiste préféré de Raf Simons. Le nouveau directeur de création de Christian Dior collectionne en effet patiemment ses œuvres depuis l’an 2000. Il lui a d’ailleurs déjà fait décorer sa boutique de Tokyo et a conçu avec lui une collection complète à base de jeans peints et délavés, vendus durant l’été 2010.

Normal donc que l’influence de Sterling Ruby se fasse jour en imprimés abstraits cosmiques, sur les jolies soies réalisées spécialement par la maison Bucol, pour plusieurs modèles du premier défilé de haute couture de Raf Simons pour Dior.

 

Deux des créations de Dior Couture inspirées de Sterling Ruby

 

Ainsi, à l’heure où la France moutonnière envahie la gare de Lyon, s’élance sur l’autoroute du sud ou s’entasse dans des boites à sardines volantes en quête des rayons solaires bienfaiteurs qui semblent ostensiblement ignorer Paris, les vrais passionnés de mode se dirigent au contraire vers la gare de l’Est, à la recherche du train qui les emportera vers ce Saint Graal du style et de l’art contemporain réunis !

En à peine 46 minutes et en ne déboursant pas plus de 41 euros (plein tarif loisir SNCF, en seconde classe), ils accèdent ainsi au Nirvana du style, prêt à contempler le point G de la créativité fashion contemporaine. Il s’agit même d’une présentation inédite, puis-ce que Sterling Ruby s’expose ici pour la première fois en France. Intitulée « Soft Work » cette installation de sculptures molles et colorées n’est qu’un aspect de son œuvre prolifique. Ses créations se composent en effet à la fois de céramiques biomorphiques vernies, de toiles peintes au spray (l’inspiration des robe de Dior), de dessins au vernis à ongles, de collages, de vidéos hypnotiques et de sculptures. Désormais considéré comme un artiste majeur de ce début de siècle, cet allemand fascinant de 40 ans vit et travail à Los Angeles (tiens, comme Hedi Slimane, le nouveau D.A. de Saint Laurent !). S’inspirant de champs aussi vastes qu’ouverts, de l’architecture moderniste à la culture urbaine, en passant par l’esthétique du body building, on ne s’étonne pas qu’il ait séduit le créatif belge.

 

Sterling Ruby photographié par Hedi Slimane

 

Très textile, cette présentation rémoise élève à l’état de sculptures des oreillers, des plaids et des couvertures en ‘quilts’ si chers aux dessus de lits américains. Autant de pièces de tissus qui renvoient davantage à l’univers domestique qu’aux podiums sophistiqués de la haute couture. Quoi que… Car l’essentiel du travail de l’artiste pointe en général les mécanismes de la coercition. Vous savez, cette sensation de contrainte, plus ou moins pesante qui nous empêche chaque jour imperceptiblement de respirer. Wikipédia est clair sur le sujet : « La coercition est l’action de contraindre, exercée sur quelqu’un, pour le forcer à agir ou à s’en abstenir. Elle existe notamment par contrainte physique et/ou psychologique »…

Bienvenue à Sterling Ruby dans le monde merveilleux de la mode et à Raf Simons dans celui de la couture !

« Soft Work » de Sterling Ruby : jusqu’au 26 Août 2012, FRAC Champagne-Ardenne, 1 place Museux, 51100 Reims.

www.frac-champagneardenne.org

www.dior.com/magazine

 

Un ensemble signé Raf Simons et la boutique du créateur à Tokyo par Sterling Ruby

format 300/*

sur le même thème

découvrez