Pourquoi est-on obligé d’aimer Uma Thurman ?

Si les détracteurs d’Uma Thurman sont nombreux, c’est pour des raisons qui nous échappent. Car outre le fait qu’elle excelle dans son métier de comédienne, beaucoup s’accordent pour l’élever au rang d’icône. Son nouveau rôle dans Bel Ami est par ailleurs l’occasion de se pencher sur ces raisons qui font que, même si on le voulait, on n’arriverait pas à la détester…

 

 

Par

 

 

 

 

Parce qu’elle n’a rien d’une enfant d’Hollywood
Uma est née en 1970 d’une mère mannequin et d’un père professeur et ancien moine bouddhiste. Alors forcément, elle a été introduite à cette culture très jeune. Elle a notamment passé une partie de son enfance dans la maison familiale en Inde avec ses quatre frères et sœurs, où ils recevaient parfois des visites du Dalai Lama (rien que ça !). On est très loin des clichés d’Hollywood…

 

Parce qu’elle a une gueule
La jeune femme a quinze ans lorsqu’elle décide de se lancer dans le mannequinat, ignorant les critiques de ses pairs sur son physique. Pari réussi, puisque sa beauté atypique séduit l’agence Click Models, et lui permet de décrocher quelques couvertures de magazines la même année. Elle aurait pu continuer longtemps, mais c’était sans compter sur sa passion pour le cinéma qui la rattrapa très vite…

 

Parce qu’elle peut tout se permettre
Il suffit de jeter un œil à sa filmographie pour comprendre que l’actrice fait ce qu’elle veut de sa carrière. C’est pourquoi on a pu la retrouver aussi bien dans le chef d’œuvre Pulp Fiction de Quentin Tarantino en 1994 que dans Even Cowgirls Get The Blues, qui lui a valu un Razzie Award la même année (vous savez, cette cérémonie qui récompense les pires acteurs et réalisateurs chaque année).
Vous l’aurez compris, Uma joue dans ce qui lui plaît, qu’il s’agisse de grands films (Les Liaisons dangereuses, Kill Bill…) ou de films un peu douteux. Malgré tout, sa cote continue de grimper : en 2005, elle réclamait la coquette somme de 12,5 millions de dollars par film, ce qui n’a pas empêché les propositions de continuer d’affluer.

 

Parce qu’elle sait se tourner en dérision
L’année dernière, Uma Thurman succédait à Nicole Kidman et devenait le nouveau visage de Schweppes, dans un spot plein d’humour signé David Lachapelle. Critiquée par certains, adorée par d’autres, cette publicité a su faire parler d’elle, et prouver une fois de plus que la comédienne ne se prend pas au sérieux.

 

Parce qu’elle a un style que l’on adore
Porte-parole de Lancôme et Louis Vuitton en 2005, la belle Uma est aujourd’hui encore adulée par l’industrie. Pour preuve, elle est une habituée des défilés de mode autant que des robes des plus grands créateurs, dans lesquelles elle s’affiche régulièrement. Et si vous doutez encore de son bon goût, voici sept bonnes raisons de changer d’avis…

 

 


uma-home

 

Uma Thurman sera demain à l’affiche de Bel Ami de Declan Donnellan et Nick Ormerod, aux côtés de Robert Pattinson, Kristin Scott Thomas et Christina Ricci.

 

 

format 300/*

sur le même thème

découvrez