Session officieuse : McLuvin, electro-pop et épaule tattoo

C’est le duo du moment. Gystère, chanteur, à mi-chemin entre un Lenny Kravitz et un Pharrell Williams, et Drixxxé, producteur réputé dans le hip-hop, sortent enfin leur premier album, “Animal”. Après nous avoir fait patienter et danser deux ans durant avec “Yeah Yeah Yeah”, tube en puissance découvert sur la compilation “L’Officiel/Schweppes” (concoctée par Cécile Togni), c’est le single “Animal”, qui risque de vous faire craquer ! La preuve, Canal + en a fait son jingle du “Grand Journal” il y a quelques semaines… Exclu : McLuvin nous invite pour une session acoustique chez eux, à la maison !


 

Par

 


 

 

On a tendance à vous surnommer les Outkast français, ça vous plaît ?

Gystère : C’est super gratifiant, c’est tout à notre honneur…

 

Drixxxé : Le projet McLuvin est en dehors du rap, c’est vraiment un projet pop. Moi, ce que je voulais, c’était faire un groupe avec les mêmes influences mais sans rap dessus, c’est exactement ce qu’a fait Andre 3000 avec Outkast, où il chante et ne rappe plus. Si on nous compare à Outkast, c’est parce qu’on est des mecs du rap qui font de la pop.

 

 

Vous venez tous les deux de groupes différents, Frer200 pour Gystère, Triptik pour Drixxxé, qu’est-ce qui vous a réunis ?

Drixxxé : On se connaît depuis longtemps tous les deux. Je faisais des sons pour Triptik et, parallèlement, pour d’autres personnes, dont son frère. Il y a trois ans, j’ai voulu faire ce projet avec des chansons, des paroles, des refrains, des ponts, et je suis tombé sur les maquettes que faisait Gystère de son côté. Il avait un myspace avec des morceaux de la même veine justement que Andre 3000 ou que Pharrell pouvait faire à l’époque, des prods plutôt hip-hop mais d’influence très pop, très Beatles, Stevie Wonder… Je lui ai proposé et il a dit…

 

Gystère : “Je vais réfléchir” (rires), je suis toujours en train de réfléchir !

 

 

Comment vous partagez-vous les rôles dans la composition ?

Drixxxé : En fait, il y a eu deux formules : une où j’amène des musiques finies, sur lesquelles Gystère pose des mélodies et, tout de suite, ça marche. Comme pour le titre “Animal”, par exemple, ou “The Sun”, un des premiers qu’on a fait immédiatement. Après, il y a eu plusieurs autres essais : Gystère m’a ramené des morceaux qu’il avait composés, avec des arrangements douteux, un peu fantaisistes, que je trouvais mortels, hyper bien écrits. Sur l’album, il y a aussi “Fantôme”, sur lequel je n’ai absolument rien changé, qui était déjà parfait. Et il y a d’autres chansons qu’on a faites tous les deux comme “Someone Loves”, je m’occupais du beat, il faisait la basse, je faisais le pont, il posait.

 

On vous a découverts ici sur la compilation “L’Officiel/Schweppes” avec “Yeah Yeah Yeah”, qui a vraiment le potentiel d’un hit ; il paraît qu’on vous reproche d’avoir fait un album de tubes ?

Drixxxé : Cest vrai, y’a que des singles sur l’album !

 

Gystère : C’est ce que reprochait Valéry Zeitoun (l‘ancien patron du label AZ chez Universal, ndlr) à l’album, il disait “On dirait un best of de leurs meilleurs titres” !

 

Drixxxé : Pour moi, ça me va comme critique pour un premier album !

 

 

 

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la musique ?

Drixxxé : Michael Jackson, quand j’avais 7 ans, puis jai commencé à jouer du piano, j’ai arrêté ado, j’ai repris en écoutant la soul et la funk des 70s, James Brown, Sly & The Family Stone… J’ai voulu faire un groupe vraiment à cause d’eux.

 

Gystère : Et aussi les dessins animés, l’envie de vouloir rejouer les génériques, mais aussi Michael Jackson, “MTV Raps” aussi, et le fait que ma famille et moi sommes partis vivre aux Etats-Unis. Je n’ai jamais vraiment joué de piano officiellement, j’ai appris parce qu’on a un piano de mon arrière-grand-mère russe qui avait fait le conservatoire, qui a toujours été là, mon grand-frère prenait des cours, moi je jouais la musique des “Routes du paradis” avec deux doigts !

 

Drixxxé : Ce qu il ne dit pas, c est qu’il a appris à jouer de ces instruments tout seul , c’est pour ça qu’il fait du piano, de la batterie…

 

 

Votre musique est un mélange de toutes vos influences, assez diverses, qui vont de Stevie Wonder à Hall & Oats, Michael Jackson, ODB, etc, et même le slow qu’apparemment vous remettez à la mode ?

Drixxxé : C’est l’héritage de toute notre génération et notre curiosité à nous, en tant qu’anciens producteurs hip-hop, notre travail était basé sur le sample, donc on continue à chercher dans le rock, la pop, les musiques traditionnelles… C’est vrai que l’album a un côté 80s mais, nous, on a grandi dans les années 80… C’est comme pour les slows, on est de la génération des boums, avec des morceaux de Scorpions, George Michael… Sur l’album, on en a fait un 60s, “I’m So Cool”, et “Song For a Friend”, qui sonne très Vladimir Cosma, parce que le plus gros slow des années 80, pour nous Français, c’est quand meme “La boum” (rires) !  On a fait tout ça sans se poser de questions.

 

 

Un peu de mode : la touche léopard, c’est la trademark McLuvin ?

Drixxxé : C’est la touche Gystère !

 

Gystère : J’ai un foulard léopard, Renaud a un foulard rouge ! Bon, oui, j’ai aussi des caleçons leopards et des foulards aussi… J’aime les motifs, ca peut être pied-de-poule demain… J’aime un peu me démarquer. Mon style, je sais pas, je dirais glam, street… un peu pop.

 

Et les tatouages, quel a été le premier et le dernier ?

Gystère : Le premier, en 2006, chez Tintin Tatouage, Sacha m’a fait Michael Jackson et les Beatles, la pochette de “Thriller” et celle de “Sgt. Pepper”. Et le dernier, Gaston Lagaffe, par Laura Satana. Je ne sais pas trop combien j’en ai, mais environ six-sept fresques.

 

 

Vos projets ?

Drixxxxé : Des concerts…. Et moi, je prépare un EP avec Triptik, on s’est reformés il y a un an et demi.

 

Gystère : Moi, Frer200 a sorti un album l’an dernier, et là, il y a les albums solos des membres du groupe.

 

 

Au fait, pourquoi McLuvin ?

Drixxxé : Ça vient de “Superbad”, dans le film, il y a un personnage super ridicule qui se fait une fausse carte d’identité pour s’acheter de l’alcool et son nom sur la carte est McLuvin, d’ailleurs, il est tres drôle ce film, tu devrais le regarder !

 

 

McLuvin, “Animal” (Mercury/Universal). Single : “Animal”.

 

 

Retrouvez, sur la page suivante, une reprise exclusive de Serge Gainsbourg par le duo hip & pop !

 

Page : 1 2 3
format 300/*

sur le même thème

découvrez