Le bon air de Buenos Aires et de Misiones

Chaque mois, Daphné part à la découverte d’une ville ou d’un pays en en essayant de limiter au maximum ses émissions de carbone. Son truc : voyager de manière la plus écologique possible. Pour cela, elle ne loge qu’en écolodge, ne se fait masser qu’avec des produits naturels, mange bio et consomme local. Ses périples diffusés tous les quinze jours sur Ushuaia TV sont repris par L’Officiel Voyage qui vous en livre ses meilleures adresses. Cette fois, c’est en Argentine, et plus précisément à Buenos Aires et dans la région de Misiones, qu’elle est allée prendre l’air vert.


Par



Dormir dans une auberge de jeunesse

Eco Pampa est la seule auberge de jeunesse écologique de Buenos Aires. Située dans le quartier branché de Palermo, cette adresse propose aussi bien des dortoirs que des chambres individuelles, et s’évertue à respecter la règle des trois “R” : réduire, recycler et réutiliser. Atmosphère friendly, et une déco que les amoureux du vintage apprécieront sans doute.

 

www.hostelpampa.com.ar

 

 

 

Un éthique dans la ville

C’est dans une ruelle de Palermo que Ricardo Paz et son épouse Belén Carballo vous reçoivent. Arte Etnico Argentino est spécialisé dans la commercialisation de meubles de la province de Santiago del Estero, au nord du pays. On retrouve ici l’élégance du fl olklore argentin. Les

produits, issus du commerce équitable, sont les fruits d’un dialogue permanent entre les communautés indigènes et le couple fondateur du projet. On rapportera volontiers un tapis de l’école de tissage créée par Ricardo. L’idée étant de perpétuer les méthodes artisanales locales.

 

www.arteetnicoargentino.com

 

 

 

Se couvrir de matières bio

Chez Cubreme (“couvre-moi”), Alejandra ne jure que par les fibres naturelles. Les lignes sont sobres et les détails raffinés. À partir d’une ou de plusieurs fibres (mérinos, poil de lama, bambou, coton…), elle imagine une étoffe, puis un vêtement. La moindre écharpe a une histoire. Cette histoire, c’est celle de ce petit producteur qui a élevé son lama dans les vastes espaces du sud du pays, de ces tisserandes qui ont lié ces fibres une à une, ou encore d’un petit couturier du coin de la rue.

 

 

 

www.cubreme.com

 

 

 

 

Se promener à vélo

Créé en 2004 par un militant pour l’environnement, La Bicicleta Naranja propose le meilleur moyen de locomotion pour découvrir la ville sans polluer. Avec une flotte de 110 vélos et une équipe de 7 guides, les balades démarrent à San Telmo, le quartier le plus ancien de la ville avec ses rues pavées étroites qui nous renvoient aux origines de Buenos Aires (c’est ici que débarquaient les premiers immigrants).

 

www.labicicletanaranja.com.ar

 

 

 

 

Tracer jusqu’à la Reserva EcolÓgica

Et s’offrir une parenthèse bucolique, au bord du fleuve, dans la ville, tout près de l’agitation des quartiers d’affaires et de Puerto Madero, l’ancien quartier du port réhabilité. C’est ici que se retrouvent les jeunes étudiants de Buenos Aires.

 

 

Page : 1 2 3
format 300/*

sur le même thème

découvrez