Chez le docteur Chenot à Merano, partie 4

Jour 3

 


Il neige, j’ai mal dormi. Mal à la tête, ventre en vrac… Il paraît que c’est normal. C’est l’effet de la détox, entre les énergies qui remuent, les intestins au repos, le métabolisme est perturbé.

 

Daphné y était... chez le docteur Chenot à Merano, partie 4

 

 

Daphné y était... chez le docteur Chenot à Merano, partie 4

 

On commence à connaître tout le monde ici. Les thérapistes sont chaque jour les mêmes, leur organisation est réglée comme une horloge suisse, il y a celle qui me plonge dans le bain et me rajoute mes antioxydants, celle qui me sort de la boue et me douche, Colomba mon médecin qui me rassure quand j’angoisse sur les résultats des examens sanguins, Suzy ma masseuse qui travaille les méridiens (foie, rate pancréas, estomac), et Jennifer qui stimule mes énergies.

 

 

 

Côtés curistes, quelques têtes connues. Mon amie Laetitia Crahay de chez Chanel, une autre de chez Dior mais aussi des armateurs, des banquiers, des rois du dressing et de l’ameublement pour chambres à coucher. Je commence à prendre mes habitudes et mes réflexes de curistes. Je sirote des tisanes tantôt diuritiques, tantôt hépatiques, je bois de l’eau au citron ou au vinaigre de pomme, j’avale de la vitamine B et du magnésium histoire de ne pas me décomposer et je me prépare psychologiquement à ma journée de jeûne qui commence ce soir.

 

 

Daphné y était... chez le docteur Chenot à Merano, partie 4

 

 

Le concept du fasting la veille d’un réveillon de St Sylvestre au moment même où tout le monde est en train de se demander ce qu’il va manger le lendemain et ce qu’il va porter me plaît énormément. Pour moi ce sera bouillon et peignoir… (Boring je sais).

 

 

Daphné y était... chez le docteur Chenot à Merano, partie 4

À 11h30, après mon hydro colon (charmant je sais, mais autant tout raconter, c’est le principe du blog), je vais enfin rencontrer Henri Chenot. Il me reçoit dans son bureau, déchiffre mes analyses avec la plus grande attention. Mes tests sanguins sont là. Parfaite santé. On se dit que désormais, on fera attention à tout ce qu’on mange, à tout ce qu’on boit, au sport qu’on fait etc. Ce que j’ai retenu de notre conversation, c’est qu’on n’a pas de temps à perdre, que si l’on est impulsif, c’est parce que la situation ne nous convient pas et qu’il faut en changer. Il m’a dit de boire de l’eau après chaque urine, de prendre l’habitude d’évaluer chaque journées passées de 0 à 10. Que la journée était importante et que je devais écrire un livre. 2 pages par jour. Ce n’était pas un conseil mais une prescription médicale. Allons bon.

 

 

 

Je continue ma journée sur le même tempo que les précédentes. La routine. On me prescrit une séance d’ostéopatie avec Marco « Ah, vous êtes ma deuxième Daphné de la journée! ». Et oui l’autre est là aussi. Laissons planer le doute et respecter la confidentialité (Burki? Roulier? Guinness?) Je ne vous le dirais pas.
Voilà, ma journée se termine. Je varie les plaisirs en décidant de prendre mon bouillon en chambre ce soir.
Le voilà, il arrive, quelle joie… Deux immenses carafes de bouillon en dîner du soir et une autre aussi grande d’eau citronnée. C’est la fête. Moi qui pensais n’avoir qu’une simple tasse. Et on alterne, bouillon de légumes, bouillon de champignon, bouillon de légumes, bouillon de champignon… Et on s’endort comme un bébé rassasié.

 

 

Daphné y était... chez le docteur Chenot à Merano, partie 4

format 300/*

sur le même thème

découvrez