Fooding, Gault Millau, Lebey… And the winner is…

Comme chaque année, à pareille époque, la critique gastronomique lâche ses guides et remet ses breloques aux champions de la casserole. Au passage, entre nous, pas certain que cette littérature-là vaille encore vraiment la peine d’être suivie tant elle semble hors saison avec ses manières épaisses d’argus à appétit. Le web s’est invité au banquet et le public a désormais la fourchette aussi leste que la zapette. Du coup, délicieux paradoxe, les guides gourmands sont devenus indigestes. Il y en a trop, trop souvent et souvent les mêmes Adresses au kilomètre, textes plus ou moins pesants, sélection datée, méthodologie opaque et ce sentiment qu’hors le palmarès des quelques meilleures tables du moment, le reste n’est que remplissage. Un peu comme si seul le titre valait roman. Histoire de vous éviter ballonnements de cervelle et crampes d’estomac, voici en un post, l’essentiel à retenir de la cuvée 2012.

 

 

Guide Fooding


 

 

 

Meilleure table: le Chatomat (Paris 20è),

Meilleur bar à vins: le Frenchie (Paris 2è)

Meilleur délirium: La Grenouillère (à Montreuil-sur-Mer, 62)

Meilleur bistrot: Le Grain de Sel (à Marseille, 13) et Le Pantruche (Paris 9è)

Meilleur « Régalez-vous »: L’Agapé Substance (Paris 6è)

Meilleur retour de pêche: Le Cabanon (à Ajaccio, 20)

Meilleur décor, Les Grandes Tables (à Boulogne Billancourt, 92)

Fooding d’amour: Au Passage (Paris 11è) et

Fooding d’honneur: Septime (Paris 11è).

 

 

Page : 1 2 3
format 300/*

sur le même thème

découvrez